Axel Cleenewerck
300 bacs en supermarchés: les moines de Westvleteren s’interrogent
P1010347
La dernière mésaventure des moines de Westvleteren, avec la chaîne néerlandaise de supermarchés Jan Linders, les fait réfléchir à leurs méthodes de vente.

Aujourd’hui, il faut être pendu à son téléphone pour mettre la main sur un bac de la trappiste ouest-flandrienne et identifier le véhicule avec lequel on compte venir chercher la marchandise. Mais toutes ces précautions ne suffisent pas. Si les immatriculations sont scrupuleusement notées et que seuls deux bacs sont autorisés par voiture, cela n’empêche pas de retrouver le divin breuvage à la carte d’un café ou d’un caviste en Belgique, à des prix exorbitants. Et cela alors que la communauté religieuse précise dans ses conditions que la “Trappiste Westvleteren est exclusivement vendue aux particuliers, qui ne peuvent la commercialiser par la suite”.

Jusqu’ici, les resquilleurs s’étaient contentés de les écouler dans de discrètes quantités. La chaîne Jan Linders, elle, n’a pas fait de demi-mesure, parvenant à mettre la main sur 300 bacs, ce qui représente tout de même 0,4% de la production annuelle à Westvleteren, estimée à 6.000 hectolitres. A 10 euros la bouteille de 33 cl (on a connu encore plus cher pour celle qui fut désignée meilleure bière du monde) et avec pareille quantité, d’importants bénéfices ont été faits, après l’évaporation des stocks en un jour. Reste à savoir qui de Jan Linders ou de ses mystérieux fournisseurs auront été les plus gourmands.

Sur le plan de la réputation par contre, la chaîne n’en sort pas grandie. Les critiques, émanant d’experts brassicoles belges notamment, ont fusé sur le procédé. Jan Linders a été contraint de s’expliquer le lendemain même de son opération en publiant un message sur son site internet. Le groupe précise avoir mené cette action en respect des bières trappistes et sans lorgner les bénéfices. Il reconnaît avoir sous-estimé les réactions suscitées et s’est engagé, auprès du porte-parole de l’abbaye, à ne plus vendre de bières Westvleteren dans ses enseignes à l’avenir. Les moines, pour leur part, entendent réévaluer leur système de vente.

Si la bière est encore plus difficile à obtenir, nul doute que les enchères vont encore monter…