Axel Cleenewerck
En pleine mode du houblon, Palm s’amuse avec le “gruit”
image001
Le groupe Palm lance une version Prestige de sa Brugge Tripel. Disponible en édition limitée, la bière mettra le gruit à l'honneur. Chaque année, une herbe ou épice majeure tiendra le premier rôle.

Avant l’arrivée du houblon dans la bière à la fin du Moyen Age, les brasseurs utilisaient un mélange d’épices pour aromatiser leurs bières. Cette composition était appelée gruit (ou gruut). Une fois le houblon découvert aux alentours du 12e siècle, l’usage de celui-ci et du gruit était souvent régi de manière territoriale, en fonction des régimes en place. Les deux ingrédients ne cohabitaient que rarement à l’époque. A Bruges, les seigneurs de Gruuthuse ont exercé un monopole pendant plusieurs siècles sur le gruit, leur permettant un commerce florissant comme en témoigne leur somptueuse demeure. toujours debout en plein coeur de la Venise du Nord. Le groupe Palm qui a repris la brasserie Gouden Boom en 2001, a aujourd’hui voulu raviver le glorieux passé du gruit en proposant chaque année une déclinaison différente de ce mélange d’épices au travers de la Brugge Tripel. La Prestige 2016 met la baie de genévrier à l’honneur. Ainsi, à l’instar d’une Duvel Tripel Hop où un houblon change chaque année, Palm va faire de même avec sa triple brugeoise mais en jouant sur le gruit. Une initiative à souligner à l’heure où les palais sont soumis à la rude épreuve d’IPA parfois extrêmes et où de gruit il n’est plus question dans la plupart des brasseries, à l’une ou l’autre exception près comme la gantoise… Gruut. Dans l’aventure, Palm n’en oublie pas le patrimoine. Le groupe versera 0,5 euro par bouteille de Brugge Tripel Prestige 2016 vendue au profit de la restauration de l’oratoire de la « Gruuthuse »