Axel Cleenewerck
Brunehaut, au-delà du bio
BRU_dossier_presse_Bcorp_2021 5-page-0
La brasserie de Brunehaut, située dans l’entité hennuyère du même nom, a décroché la certification B Corp, attribuée à des sociétés commerciales répondant à des exigences sociétales et environnementales, notamment. Elle est l’une des premières brasseries européennes à décrocher une telle certification. De nombreuses brasseries américaines et britanniques (BrewDog, Camden…) et une suisse (7Peaks) bénéficient de la même reconnaissance.

Le processus d’évaluation B Corp mesure la performance d’une entreprise dans cinq domaines: gouvernance, collaborateurs, clients, collectivité et environnement.

“Nous avons par exemple effectué des démarches auprès d’un notaire afin de faire inscrire la responsabilité sociale comme une finalité de l’entreprise”, explique Marc Antoine De Mees qui a relancé la brasserie en 2007.

Réputée pour ses bières bio et sans gluten, la société franchit un pas de plus avec cette certification. “Faire de la bière, c’est chouette. Mais j’ai voulu aller plus loin. Mon plaisir maintenant, c’est de donner du sens à l’entreprise.”

Autre particularité de la maison, et qui a certainement contribué à l’obtention du label B Corp, la volonté d’acheter le plus localement possible et de rémunérer les agriculteurs qui travaillent avec Brunehaut à un juste prix. Ce type d’effort a permis de décrocher il y a un an le label Prix Juste Producteur, mis en place récemment par le Collège des producteurs (Socopro). “C’est un choix”, martèle M. De Mees. “Je paye mon orge bio 600 euros la tonne alors que je pourrais en trouver à 450 euros. Mais je connais l’agriculteur, établi à Gembloux. Si on va chercher du bio d’Australie, ça ne va pas sauver le sort de notre planète”, explique le directeur.

Il convient ensuite d’expliquer toutes ces démarches auprès de la clientèle et de justifier le prix de telle ou telle bière par les mesures entreprises. Une ouverture vers le consommateur également appréciée par les responsables de B Corp.