Luc De Raedemaeker
Cantillon 0,0%?
Du sans alcool
Ceux qui veulent éviter l'alcool tout en buvant de la bière n'ont pas eu la vie facile dans ce pays jusqu'à récemment. Il y a peu de temps encore, les mots "de bon goût" et "sans alcool" n'avaient pas leur place dans la même phrase.

La plupart des consommateurs considèrent que la bière sans alcool est une blague. Un brasseur belge ose aller plus loin : « Une bière sans alcool est comme un soutien-gorge sur une corde à linge, le meilleur est sorti ». J’admets que c’est un mot d’esprit et qu’il est exprimé très platement, mais on ne peut pas être entièrement en désaccord avec l’homme en question. En tout cas partiellement car si l’on veut être honnête, les bières sans alcool ont, malgré tout, le vent en poupe. La sélection actuelle de bières montre clairement qu’il s’agit plus que d’un simple battage publicitaire. L’évolution vers des bières sans alcool plus nombreuses et de meilleure qualité est le résultat d’une vraie tendance. Aujourd’hui, les gens sont de plus en plus conscients des conséquences de l’alcool, il suffit de penser à la « Tournée Minérale ». Il y a une attention accrue pour une vie plus consciente et plus saine. Il y a aussi l’augmentation d’un groupe de population qui ne boit pas d’alcool pour des raisons religieuses et, bien sûr, l’augmentation des contrôles d’alcoolémie qui y contribuent également.

De nombreux consommateurs recherchent aujourd’hui une réelle valeur ajoutée. Les bières sans alcool répondent donc non seulement à la tendance à la diminution de la consommation d’alcool, mais offrent également une excellente occasion d’élargir le segment de la bière. Et les grands groupes ont compris ce dernier point. Sous l’impulsion de quelques acteurs mondiaux, on assiste à une énorme augmentation des bières sans alcool. Alors que nous avions l’habitude de trouver une lager NA à peine capable  d’étancher notre soif, nous disposons désormais d’un large éventail de styles différents. Surtout depuis que les brasseurs traditionnels relèvent le défi. Dans le journal De Standaard, Michel Moortgat a récemment donné son avis sur sa vision de la bière sans alcool : « Si cela dépendait de l’OMS, l’alcool serait interdit. Or, la bière est un produit naturel composé d’ingrédients naturels tels que l’orge et le houblon. En dehors de l’alcool, c’est un produit sain. Nous étions un peu réticents et ce n’était pas notre priorité pendant longtemps, mais maintenant nous nous concentrons davantage sur les bières sans alcool. Nous avons déjà la Liefmans Free, la Fruitesse sans alcool et la Vrijwit de la Brasserie ‘t IJ à Amsterdam. L’année prochaine, il y aura une La Chouffe sans alcool. Mais une Duvel en version sans alcool n’est pas prête à voir le jour. Notre slogan est toujours « Savourez, mais avec modération ». C’est une vision très claire.

 

Les brasseurs artisanaux se lancent cors et âme dans le secteur de la bière sans alcool, et La Trappe est récemment devenue la première brasserie trappiste à proposer une bière à 0,0 %. Le marché évolue rapidement et doit-on attendre et et voir quand Cantillon sortira une gueuze à 0,0%. Ou est-ce vraiment un pas trop loin ?