Baudoin Havaux
Montecristo & Monte Cristo
7464
Cette année 2020 ponctuée de confinements a vu la vente de cigares progreser très fortement. L’explication vient peut-être de la recherche d’une réponse à la pression anxiogène que nous connaissons ou plutôt du temps nécessaire retrouvé au sein de nos foyers pour savourer au calme les meilleures volutes. Cette fin d’annéene ne sera pas l’occasion de faire la fête en groupe mais de s’offrir des plaisirs plus égoistes. Pourquoi pas une belle association bière et cigare ?

De quoi parle un Montecristo quand il croise une Monte Cristo ?

Pas uniquement des romans d’Alexandre Dumas, mais aussi de saveurs et d’arômes.Monte Cristo est une nouveauté qui nous vient de chez Bosteels à Buggenhout, une brasserie familiale traditionnelle qui compte 7 générations tombée en 2006 dans le giron d’AB InBev. C’est là aussi que sont brassées la Kwak reconnaissable entre mille par son verre au pied arrondi, la fameuse Triple Karmeliet, ‘TK’ pour les intimes, et la DeuS dont une partie du processus d’élaboration est emprunté à la méthode traditionnelle champenoise.

La Monte Cristo elle est élevée 11 mois non pas dans des fûts qui ont contenu du Sherry (un vin muté élaboré en Andalousie), mais bien dans des cuves en contact avec des copeaux de chêne imbibés de sherry, ou Jerez comme on l’appelle à Jerez de la Frontera. Une technique beaucoup moins onéreuse qui garanti une qualité constante.

Cette bière brune de la famille des ‘Strong Ale’ se présente sous une couleur brune avec une fine mousse blanc cassé. Le sherry apporte des notes olfactives de noisette, bois, vin, figue, caramel et une saveur ronde et soyeuse de caramel, de cacao, de fruits secs, noix, noisettes et amandes. Le côté confit qui rappelle la figue et les fruits rouges bien présents font référence au sherry. Bref un touche vineuse qui sublime la bière.

Une bière profonde, riche et complexe qui grâce à sa sucrosité et son degré d’alcool (11,5%) bien assumé réchauffera l’hiver qui frappe à notre porte. On comprendra de suite que le choix du nom qui répond à un objectif de marketing, n’est pas anodin. Il fait référence à la célèbre marque de cigare cubain, la plus connue, créée en 1935 à La Havane. L’origine de la marque est inspirée du héros du roman d’Alexandre Dumas ‘Le comte de Monte-Cristo’ que le lecteur de la manufacture H. Upmann, à La havane, lisait aux torceadores. Sa lecture fut tellement appréciée qu’il fut décider de baptiser la nouvelle marque de Habanos.

 Pour dignement accompagner la bière, le choix s’est porté sur le Montecristo N° 2 (cepo 52 X 156 mm). Une référence à Cuba où il est considéré comme l’un des meilleurs modules. C’est un piramides, c’est à dire qu’il se termine en forme d’obut. Un choix judicieux qui se justifie par l’équilibre rencontré entre la puissance moyenne à forte du module et la puissance de la bière ses 11,5%. Les saveurs de moka, de cacao et de chocolat, de café toréfié du Montecristo n°2 s’harmonisent parfaitement avec celles de la bière. La droiture, son côté corsé, un peu sec et linéaire du cigare représente le côté masculin du mariage et la sensation crémeuse et soyeuse de la bière le côté féminin. Un beau couple.