Axel Cleenewerck
France Bière Challenge: quelques brasseries fidèles au palmarès
_DSC9423
Les trophées du France Bière Challenge ont été remis jeudi à Ground Control à Paris. Particularité du concours cette année, des trophées annexes ont été décernés, outre la révélation du concours qui est la Fada blanche, de la brasserie du Castellet. Ainsi, le trophée houblon a été remporté par la brasserie Grizzly pour sa IPA Golden Bridge. Pour le malt, le jury a eu un coup de coeur pour la bière fumée le Retour de Feu de la brasserie du Pays flamand. Enfin, le trophée innovation est allé à la brasserie marseillaise Zoumaï pour sa Pomègues Automne, une pale-ale, brassée avec du marc de raisin blanc de Cassis et bien houblonnée au Nelson Sauvin et Hallertau blanc.

A noter que la Golden Bridge, produite dans la microbrasserie implantée dans L’Empire du malt, une cave à bières de Clermont-Ferrand, avait déjà remporté l’or à la première édition du France Bière Challenge, en 2018. D’autres acteurs ont confirmé leurs bonnes prestations, notamment Cap d’Ona. La brasserie des Pyrénées orientales qui avait raflé cinq médailles en 2019 et reçu le prix révélation du concours pour son barley wine, améliore même son bilan cette année avec deux médailles d’or (barley wine ambrée 2017 et Wood Aged brune), une en argent et trois en bronze.

Dans la capitale, la microbrasserie Fauve a également fait une belle moisson avec quatre médailles dont trois en or (Brise légère, Caresse Gourmande et A la folie). On mentionnera aussi les quatre médailles décernées à La Goutte d’or, dont… l’or pour Le Roi des Mouches.

Les organisateurs avaient misé sur Schiltigheim (nord de Strasbourg) pour accueillir cette troisième édition. Les locales ont été à la fête avec quatre médailles pour la brasserie Perle et non des moindres: une médaille d’or pour la pils. Meteor fait moins bien que l’an dernier lorsqu’elle avait raflé cinq médailles dont trois en or. La brasserie historique et familiale de Hochfelden repart avec deux récompenses en bronze. Bisaiguë gagne une médaille d’or et le trophée révélation Alsace pour sa Fraser beer.

Quarante-cinq dégustateurs venus de 11 pays s’étaient rassemblés les 6 et 7 février pour départager 480 bières présentées par 130 brasseries. Au total, 91 médailles ont été octroyées.

 

Schiltigheim et l’Alsace

Le choix de Schiltigheim, la cité des brasseurs, était assez pertinent car cette bourgade de 32.000 habitants compte un riche passé brassicole après avoir assuré une production cumulée de plus de 2 millions d’hectolitres au début du 20e siècle, répartis sur quelques brasseries comme Perle, Fischer, L’Espérance…

L’Alsace représente bien ce qui se fait en France sur le plan brassicole. Des éléments historiques, parfois rachetés par de grands groupes comme Kronenbourg ou Fischer, ou encore indépendants comme Météor, y cotoient des jeunes pousses déjà bien établies comme Uberach, Bendorf ou Storig. Avec des influences réciproques entre les deux mondes. Storig a en effet été mise sur pied par l’ancien PDG de Fischer, Michel Debus. Elle est adossée au restaurant Brasserie Michel Debus mais est totalement indépendante. Ses bouteilles au format atypique et ses bières légères en alcool en font un partenaire privilégié de l’horeca local, les restaurants plus précisément. Quant à Météor, qui plafonne à un demi-million d’hectolitres depuis une quinzaine d’années, elle s’est lancée il y a trois ans dans la production de bières éphémères à raison de trois exemplaires par an. Elle a également ouvert à l’automne dernier en plein coeur de Strasbourg une brasserie proposant une belle partie de sa gamme au fût dans des formats qui stimulent considérablement le débit : 40 cl ou 1 litre !

 

Crédit photo: Alexandre Nestora