Axel Cleenewerck
La ménagère et sa N. A.
Ramon-Maes
La bière sans alcool n’est pas qu’un phénomène limité à la sphère brassicole. Le produit connaît un tel succès qu’il a été décidé de l’inclure dans le panier de la ménagère à partir de 2020.

Ce panier constitue l’indice des prix à la consommation qui reprend les prix de toute une série de produits et services. Cet indice est revu chaque année par les partenaires sociaux et des experts qui déterminent les biens susceptibles d’entrer en ligne de compte pour évaluer au mieux la consommation des ménages belges. Et ils excluent éventuellement les produits ne pesant plus assez dans le budget d’une famille.

La constitution de cet indice est importante car c’est lui qui va permettre d’observer au plus près tout phénomène d’inflation. A son tour, l’inflation déterminera s’il est opportun d’indexer les salaires ou les allocations sociales.

Cette année, la bière sans alcool fait donc son entrée, aux côtés de sept autres produits et services : le pommeau de douche, le chemin de table, le nettoyage dentaire, les pneus hiver (pose et stockage), la pension pour animaux, le parapluie et les lunettes de soleil.

Si la paire de Ray-Ban semble devenue indispensable pour la ménagère, l’abonnement au banc solaire ne l’est plus et a donc été retiré du panier tout comme le téléphone fixe sans fil.

La bière sans alcool devient en quelque sorte un produit de la vie de tous les jours. Ce n’est pas une surprise tant les brasseurs belges, des plus petits aux plus gros, ont multiplié leurs efforts ces dernières années pour présenter des versions non alcoolisées de leurs produits. Avec plus de réussite que par le passé, il est vrai.