Axel Cleenewerck
L’abbaye du Parc inaugure sa propre brasserie
BP_Full-logo-1024x576
Heverlee et son abbaye du Parc ont récemment assisté à la naissance d’une nouvelle bière, la Libertus. Petite particularité pour cette dernière née: elle est produite au sein de l’abbaye même dans la Braxatorium Parcensis (brasserie du Parc en latin), inaugurée début septembre.

Les moines reprennent ainsi une activité que leurs prédécesseurs avaient délaissée près de deux siècles plus tôt, lorsque les cuves avaient été vendues pour leur cuivre.

Afin de mener son projet à bien, la communauté a fait appel à un local de l’endroit, Joris Brams qui a oeuvré comme consultant brassicole, notamment pour Alken-Maes et des sociétés étrangères. C’est d’ailleurs pour le compte de l’une d’elle qu’il met sur le marché en 2012, déjà en concertation avec les Norbertins de l’abbaye, la bière Heverlee, une lager à 4,8% vol. alc. Le succès de cette bière est tel au Royaume-Uni qu’elle sera encore produite, en sous-traitance, et écoulée presque intégralement à l’étranger. La Braxatorium Parcensis dispose, elle, d’une capacité annuelle maximale de 2.000 hectolitres. C’est là qu’est donc brassée la Libertus qui doit son nom au père abbé qui administrait l’abbaye entre 1648 et 1682. Cette blonde-ambrée de 6,5% vol. alc. est disponible en bouteille de 33 cl ou en joli flacon d’un litre à bouchon mécanique. D’autres bières sont attendues et les brassins devraient suivre le rythme des saisons et la disponibilité des matières premières (herbes…) que les terres de l’abbaye peuvent offrir. La brasserie revit quelques années après la reprise du moulin à eau, situé également sur le domaine de l’abbaye. C’est d’ailleurs dans ce moulin que seront concassées les céréales destinées au brassage.

Quant à la bière du Aldi, Abdij van ‘t Park, elle continue à être sous-traitée et commercialisée par la chaîne de supermarchés.