Axel Cleenewerck
L’embouteillage chez Chimay progresse en énergie verte et en qualité
IMG_20190509_103957803
La brasserie de Chimay vient de dévoiler sa nouvelle ligne d’embouteillage qui pousse vers la sortie celle inaugurée une vingtaine d’années plus tôt. Celle-ci n’est pas obsolète, mais la nouvelle doit permettre à la brasserie trappiste d’optimiser sa consommation d’énergie et d’améliorer le processus de mise en bouteille.

Le nouvel outil, qui a nécessité un investissement de 17 millions d’euros, permettra de réduire la prise en oxygène, grande ennemie de la bière, souligne le directeur général Xavier Pirlot. “Nos bières pourront ainsi être encore mieux conservées”.

Sur le plan énergétique, les 1.200 panneaux photovoltaïques installés sur le toit vont permettre à la société de réduire sa facture annuelle d’électricité de 12 à 15%.

L’ancienne ligne va être démantelée et récupérée par une brasserie polonaise cet été. L’espace libéré permettra d’agrandir la zone de stockage et de fermentation des bières.

Toute cette installation a beau être située sur le zoning industriel de Baileux, à une dizaine de kilomètres de l’abbaye Notre-Dame de Scourmont, les moines continuent à veiller à ce que les investissements soient effectués dans le respect de leurs valeurs.

La mise en place de la nouvelle ligne ne devait en aucun cas se traduire par une réduction des effectifs. Les moines ont été clairs à ce sujet”, explique Xavier Pirlot. La communauté s’oppose également au travail de nuit ou de week-end.

Ce qui n’empêche pas la brasserie de tourner à plein régime; plus de 185.000 hectolitres produits l’an dernier et une croissance annuelle continue de 2%. Chimay peut aller jusqu’à 225.000 hectos avec son équipement actuel.