Luc De Raedemaeker
LES BRASSEURS BELGES TIENNENT BON FACE AUX AMÉRICAINS!
Brussels Beer Challenge report
Nos bières belges ont beau être réputées dans le monde entier, notre petit pays ne possédait pas encore de concours réellement prestigieux dédié à la bière. Jusqu’à ce que Becomev, agence spécialisée dans la communication et l’organisation d’événements dans le domaine de la bière, crée le Brussels Beer Challenge il y a quatre ans.

Les objectifs de la compétition sont relativement faciles à résumer : organiser une compétition fairplay et professionnelle entre brasseurs, et promouvoir la culture brassicole en général et la culture de la bière belge en particulier. Cerise sur le gâteau, les récompenses décernées fournissent aux consommateurs un point de repère ainsi qu’un label de qualité.

Pour sa troisième édition, après Bruxelles en 2012 et Liège en 2013, le Brussels Beer Challenge avait élu domicile à Louvain, devenue pour l’occasion The place to BE(ER) ! Louvain est une très belle ville historique, réputée pour sa vie culturelle extrêmement riche, ses innombrables monuments ainsi que des excellentes infrastructures d’accueil et de congrès. Dotée de surcroît d’une tradition brassicole prestigieuse et séculaire, c’était la ville idéale pour accueillir cet événement international.

Deux jours durant, un panel composé de 60 connaisseurs internationaux réputés s’est prêté à la dégustation de 730 bières brassées aux quatre coins du monde. Les bières participantes ont été réparties en différentes catégories selon leur origine, leur typicité et leur style, puis évaluées avec le plus grand soin. Enfin, au terme des deux journées de dégustation, les meilleures bières dans chacune des catégories ont été récompensées par une médaille d’or, d’argent ou de bronze.

Avec un tiers des inscriptions, notre pays était largement représenté. Les États-Unis trustaient un deuxième tiers, tandis que le dernier tiers se répartissait principalement entre l’Allemagne, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et l’Italie, un pays où la bière fait de plus en plus d’adeptes. Sans oublier quelques participants plus exotiques tels que le Japon, le Cambodge ou le Brésil. Le palmarès de la compétition a été aussi international que la palette de participants, ce dont on ne peut que se réjouir. Les barrières nationales s’estompent et les brasseurs s’inspirent désormais mutuellement, par delà leurs frontières. Quant aux consommateurs, ils se rendent désormais compte que la création de bonnes bières n’est pas l’apanage d’une nation en particulier.

Les bières primées étaient d’origine américaine, belge, italienne, canadienne, anglaise, française,  néerlandaise, maltaise (oui, oui !), polonaise, allemande, nipponne et danoise. Les États-Unis ont remporté 53 médailles, suivis de près par la Belgique avec 43 médailles. Les Pays-Bas ont eux aussi obtenu de nombreuses distinctions, ce qui n’est pas vraiment surprenant dans la mesure où le secteur brassicole y a pas mal évolué ces dernières années.

Élue à l’unanimité parmi les 730 bières participantes, c’est la ‘Triple C’ de la brasserie Thwaites, une blonde de style Golden Ale, qui a remporté le « prix Comac » de la meilleure bière. Côté belge, Duvel Moortgat s’est aussi distingué, et la ‘Liefmans Goudenband’ s’est quant à elle vu décerner le titre de « Meilleure bière belge de la compétition ».

Deux jours durant, un panel composé de 60 connaisseurs internationaux réputés s’est prêté à la dégustation de 730 bières brassées aux quatre coins du monde.

Certains médias belges qui ont couvert l’événement se sont fendus de titres relativement incendiaires, du style: « Triomphe des bières américaines au Brussels Beer Challenge ». S’il faut bien reconnaître que les États-Unis ont remporté un plus grand nombre de médailles que la Belgique, ramenons néanmoins les choses à leur juste proportion. Nos 160 brasseurs produisent principalement les classiques belges, alors que les quelque 3000 brasseries américaines donnent dans tous les styles internationaux possibles et imaginables. Les Belges ne concouraient donc que dans à peu près la moitié des catégories, tandis que les Américains étaient présents dans leur quasi-totalité ! « Nos bières ont remporté d’excellents résultats dans tous les styles belges, et il est vraiment dommage qu’il n’en ait pas été suffisamment fait état. En revanche, cela doit nous motiver à travailler encore plus dur, et à devenir encore plus créatifs et novateurs », constate Jean-Louis Van de Perre.

D’autre part, on aurait pu s’attendre à ce que les médias américains clament haut et fort dans leurs manchettes la victoire des Américains sur les Belges. Mais pas du tout ! Ils s’en tiennent à leurs propres bières et brasseries. Une attitude louable, faisant preuve d’un triomphe modeste et du souhait de contribuer au développement d’un plus grand respect pour des bières de belle facture. Quel que soit le brasseur, quel que soit le pays d’origine. Voilà qui pourrait aider à façonner un paysage brassicole international, où chacun pourrait et voudrait apprendre de chacun, pour arriver ensemble à faire encore mieux. Plutôt que de gaspiller de l’énergie à se tirer dans les pattes les uns des autres…

À quelques petites imperfections près, le troisième Brussels Beer Challenge a été un événement très réussi. Vivement la prochaine édition !

 

Le  tableau complet des  résultats peut  être  consulté sous  le  site:   brusselsbeerchallenge.com/fr/awarded-beers

 

Photo: Bart Van der Perre