Bert Kruismans
MES BONNES RÉSOLUTIONS
Column
Bert Kruismans
Bien sûr que je vais faire un peu plus de sport en 2015 et que je vais enfin arranger mon jardin, soyez tranquilles. On a tous démarré au quart de tour, mais aujourd’hui, il est grand temps de faire le point, que reste-il de ces bonnes résolutions du 1 janvier ?

Vous êtes satisfaits ? Personnellement, je suis sur le bon chemin, même si je le dis moi-même, en toute humilité. J’avais pris la bonne résolution de les compter chaque semaine. Mais non, pas les kilos, pas les euros, pas les amendes, ni mes petites amies, mais bien les verres d’alcool. Avant le 1 janvier, je n’avais aucune idée de ma consommation. Compter, c’est savoir et c’est ce que j’ai fait et mesurer, c’est aussi réduire. Certaines personnes prennent des mesures beaucoup plus radicales que moi et bannissent toute goutte d’alcool de leur vie. Après la lecture de tous ces témoignages, je suis 100% d’accord avec ces abstinents. Ils ont bien fait de s’arrêter, parce qu’ils buvaient pour de mauvaises raisons. J’ai lu ceci: « Si vous êtes positifs, vous n’avez vraiment pas besoin de boire. Boire c’est surtout une attitude, il s’agit plus de tenir un verre en main que de boire, en fait. » Eh bien, si on boit pour se donner une certaine contenance, et si on a besoin d’alcool pour être ou rester positif, il vaut mieux boire un petit jus d’orange. Dans ce fameux article on pouvait encore lire ceci: « Certains choisissent une vie sans une goutte d’alcool, bêtement parce que c’est possible. » Hmm… peut on survivre sans alcool ? Bien sûr. Un homme n’a pas besoin d’une IPA, saison, gueuze ou autre triple, comme il n’a besoin ni de moules, ni de frites croustillantes, ou de mayonnaise maison. Mais je trouve toutes ces choses la vachement bonnes.

Ma maxime, aujourd’hui encore plus qu’auparavant, est « boire, bien sûr, mais moins et mieux ». Au pilori, les vins tièdes, les cavas raplaplas. Bannies les pintes trop chaudes qu’on ingurgite sans réfléchir. Qu’on en finisse avec les shots de vodka ou les genièvres au citron d’origine plus que douteuse. Eh oui, comme ça, il y a toute la place que je veux dans ma vie pour une bière noble, servie dans les règles de l’art, dans le verre adéquat et en bonne compagnie. Ce moment de rencontre et de dégustation entre amis ne peut se résumer en quelques chiffres.

Bert Kruismans