Bière Grand Cru
Nos révélations 2018
rev
L’année 2019 commence sur les chapeaux de roues dans le monde brassicole et la rédaction de Bière Grand Cru veut une dernière fois mettre en avant les bières qui nous ont surpris en 2018.

En 12 mois, nous avons dégusté de très bonnes bières et nous voulions vous présenter nos révélations. Nous avons posé la question suivant à nos rédacteurs : «Quelle bière vous a surpris en 2018 (positivement, évidemment) ? Les réponses sont variées et parfois étonnantes. 

Luc De Raedemaeker: L’année 2018 avait à peine commencé, que ma révélation 2018 était déjà fixée. 14h après les douze coups, lors du traditionnel jour de l’an en famille, mon père et moi avons commandé une «Bière de Noël» de la Antwerpse Brouw Compagnie. Ma bouche s’ouvrit de surprise et mes yeux brillèrent, cette bière est devenue instantanément un classique. Cette bière est présente dans la gamme régulière de la brasserie sous le nome de Oncle Pater.  

Joost Houtman: Dame Jeanne Brut d’Anvers, je n’ai pas dégusté cette bière pour la première fois en 2018, mais elle reste incontournable. Je pense qu’il s’agit de la meilleure bière Brut de type champagnisé que j’ai jamais goûtée. Peut-être quelque chose de trop savoureux, même. En tant qu’Anvers né et élevé, je ne peux pas être plus fier de ce délicieux apéritif fruité et houblonné. Cette bière est d’un équilibre incomparable ! 

Yannick de Cocquéau: Sweet Little Lies and Dirty Leaks (Brewery ‘t Verzet / Purpose Brewing). Habituellement, vous essayez de vous assurer que le goût des légumes cuits s’évapore de la bière lors de la cuisson. Mais lorsque je vois une bière délibérément aromatisée aux poireaux, mon intérêt est suscité. De plus, c’est délicieux et  elle ne manque pas de saveur pour ses 3% d’alcool.

Charles Piron: Peak triple – Barrel aged Sauternes. La Belgium Peak Triple vieillie en barrique de Sauternes, sortie à l’occasion du premier anniversaire de la brasserie, surprend ! Avec sa belle robe cuivrée, la bière s’ouvre sur des notes d’abricots, d’ananas et de vanille tout en longueur. Pour rappel, la brasserie Peak se situe sur le toit de la Belgique, à quelques centaines de mètres du signal de Botrange.

Thomas Costenoble: Asphalte de La Manufacture Urbaine, une bière noire aux clés grillées du Pays Noir.

Hervé Loux: Le Thomas Hardy 1998, dégusté au Baladin. Une bière vintage brillante et mystérieuse qui a vraiment tout. Le fait que je partage cette bière avec Teo Musso et Fabio Mozzone (les personnes derrière Baladin) a naturellement contribué à l’expérience.

Baudouin Havaux: Flo 58, une bière en l’honneur des 60 ans de l’EXPO58, qui a amené le monde entier à Bruxelles et réuni les peuples autour d’un verre de notre fierté nationale. Une base maltée, légèrement rôtie et savoureuse, avec un bel arrière-goût sec et amer. A profiter sans modération.

Fedor Vogel: Après cinq ans, la brasserie trappiste De Kievit (de l’abbaye Maria Toevlucht à Zundert) est arrivée à l’automne 2018 avec une deuxième bière. C’est devenu le Zundert 10, avec lequel le premier trappiste de Zundert a immédiatement reçu le nom de Zundert 8 (qui s’appelait d’abord seulement Zundert). Maintenant, je suis déjà un amateur conservateur de la bière trappiste, mais le Zundert 10 m’a surpris: plein de saveur, typique du Zundert-épicé, fort dans l’alcool (mais vous pouvez à peine en goûter). Une vraie bière gastronomique!

Bart Van der Perre: La Houppe de la Brasserie L’Echasse. Houblonné, mais toujours bien équilibré, avec pas trop d’alcool. 

Pierre Jarrige: Cuvée De Ranke, un brillant mélange de fermentation mixte.

Axel Cleenewerck: IPA de seigle fumé de la brasserie Emelisse en Zélande. Belle combinaison de touches fumées et d’amertume. Ces deux éléments sont parfaitement équilibrés.

Elise Vandoninck: Je suis impressionné par ce que Pils 13 et ses partenaires ont mis en place avec Dok Brewing Co. Leur bière blonde était déjà étonnante et ils ont conservé ce trait de caractère dans leur propre microbrasserie et brasserie artisanale à Gand.