Axel Cleenewerck
Quatre siècles d’existence, ce n’est pas de la petite bière
IMG_20180108_110125366
Le Mont-de-Piété, situé au coeur des Marolles, célèbre ses 400 ans en 2018. Les festivités seront bien arrosées puisque la brasserie En Stoemelings, fondée en 2015 dans ce même quartier populaire de Bruxelles, a été sollicitée pour brasser une bière de type saison, la Tanteke (6 % vol. alc.).

Véritable banque sociale, le Mont-de-Piété de la Ville de Bruxelles pratique encore le prêt sur gage et organise des ventes aux enchères. Le directeur de l’institution, Etienne Lambert, dit se retrouver dans le projet de Denys Van Elewyck et Samuel Languy. ses désormais ex-voisins qui opèrent depuis juin 2017 à Laeken près de Tour & Taxis.

Aidés par l’Institut Meurice, les jeunes brasseurs ont mis au point une bière inspirée du 17e siècle. « Il y avait 73 maîtres-brasseurs à Bruxelles au moment de la naissance du Mont-de-Piété, la plupart localisés autour de la vallée de la Senne », situe Laurence Van Nedervelde, responsable du Service de malterie, brasserie et industrie de fermentation de l’Institut Meurice. La bière est alors consommée en abondance, pour ses vertus prophylactiques notamment, et il n’est pas rare que l’une ou l’autre plante entre dans son élaboration. C’est à ce titre que de la verveine séchée a été utilisée pour la Tanteke. Quant aux ingrédients traditionnels, les brasseurs ont opté pour un trio de céréales (orge, froment et avoine) et du houblon alsacien.

Cette saison, produite à une trentaine d’hectolitres, doit son nom à une expression utilisée jadis par le prince de Joinville, François Ferdinand d’Orléans (1818-1900). Endetté et gêné de devoir laisser en gage sa précieuse montre au Mont-de-Piété, il avait prétexté avoir déposé l’objet « chez sa tante ».

La Tanteke sera servie aux événements liés à l’anniversaire du Mont-de-Piété et écoulée via les canaux de distribution d’En Stoemelings.