Axel Cleenewerck
Un malt et un houblon pour la Liège pale ale
IMG_20180509_161158
La brasserie C implantée en plein coeur de la Cité ardente présentait cette semaine sa "Liège pale ale", la Smash (6,2% vol. alc.), pour Single Malt And Single Hop.

Le malt en question est un pale ale classique alors que la variété de houblon retenue est le Mosaïc. « Ce houblon a de grandes propriétés amérisantes, mais nous souhaitions ici travailler son profil aromatique et avons donc programmé un dry hopping et un late hopping », explique le brasseur et cofondateur Renaud Pirotte.

La brasserie C avait en effet déjà joué sur l’amertume au travers de son trio Torpah, chacune de ces bières étant enrichie d’un houblon différent avec des IBU évoluant de 30 à 90 unités. La Liège pale ale s’inscrit « dans la filiation IPA des bières très généreusement houblonnées ». La particularité du brassage de la Smash est de parvenir, « sur des bases très minimalistes (un seul malt, un seul houblon, aucune épice et aucun ajout quelconque), à une proposition gustative aboutie et originale ».

La brasserie produit chaque année quelque 3.000 hectolitres. Si à ses débuts en 2012, la bière phare, la Curtius, était sous-traitée à La Binchoise, la moitié de la production est aujourd’hui effectuée sur le site des Ursulines à côté des escaliers de Bueren. L’autre moitié est confiée à un collègue plus proche que Binche: les 3 Fourquets à Gouvy.

Les responsables de C entendent ramener chaque année un peu plus de production dans leurs bases. L’ancien béguinage dans lequel ils sont installés n’est toutefois pas extensible à l’infini et, actuellement déjà, le soutirage et la garde sont effectués à Bierset. La gamme de bières permanentes présentant désormais un bel éventail, la priorité de la maison va être de trouver une solution à la problématique des lieux de production. Surtout si la croissance se poursuit…