Axel Cleenewerck
Une bière profite pleinement d’un nom d’oiseau préélectoral
Paljas_blond_33CLglas_sfeer_02_LR
Il suffit de peu pour faire décoller les ventes d’une bière. Il n’est en tout cas pas indispensable de naviguer dans les hautes sphères du débat politique. Au contraire. A la veille du scrutin du 26 mai dernier, Bart De Wever a tenu à rappeler l’idée qu’il se faisait du Vlaams Belang. Il a traité son vis-à-vis à la tête de l’extrême droite, Tom Van Grieken, de “paljas” (qu’on pourrait traduire par “clown”). Il n’en fallait pas tant pour que la bière du même nom, brassée chez Anders pour le compte d’Henricus (Bruges), se vende comme des petits pains au lendemain de cette sortie.

Dans la région de Bruges, on assimile le terme “paljas” à un bon vivant et à un farceur. Par contre à Anvers, bastion de Bart De Wever, il a clairement une connotation négative. Le chef de file de la N-VA s’est cependant avéré le meilleur sponsor de la bière Paljas avec cette déclaration préélectorale.

Le responsable des ventes chez Henricus, Jurgen Vandewalle, ne peut encore donner une hausse chiffrée mais la tendance est là: plusieurs chaînes de supermarchés ont fait de la place dans leurs rayons pour cette bière régionale et les grossistes cherchent à augmenter leurs stocks.

L’an dernier, Henricus a produit 3.000 hectolitres, la plupart sortis des cuves de Anders dans le Limbourg. La brasserie a toutefois l’intention de disposer prochainement de ses propres installations en périphérie de la Venise du Nord.

On ignore si Bart De Wever a fait servir de la Paljas lors de ses consultations en vue de former un gouvernement à la tête du nord du pays. Il est certain toutefois qu’après le score réalisé par le parti d’extrême droite en Flandre, il va devoir se montrer plus mesuré dans ses interventions.

Crédit photo: Brouwerij Henricus