Axel Cleenewerck
Une microbrasserie polyvalente contribue au renouveau carolo
WP_20171004_15_00_41_Pro
La Manufacture urbaine. Un nom tout simple mais qui reflète tant de la philosophie du projet. La main de l'homme garde ici le contrôle principal et ce pour chacun des trois produits "manufacturés" au sein de cette ancienne usine de papier peint. La dimension urbaine, elle, est difficilement contestable, l'endroit étant inséré au coeur de Charleroi, à cinq minutes à pied de la gare de Charleroi-Sud et à 10 minutes de la place Charles II.

L’ambition première est de « ramener de l’alimentaire dans Charleroi », selon Sébastien Biset, qui gère au quotidien la nouvelle exploitation. Trois produits de première nécessité sont élaborés: pain, café et bière (de toute première nécessité même pour cette dernière!).

Pour la brasserie, certes en partie automatisée, toutes les étapes se font sur place, du concassage à l’embouteillage. La gamme de bières est déjà assez fournie après quelques mois d’activité, avec six références, allant d’une bière de table à une triple Charleroy 350, en passant par un stout asphalté très réussi.

Si la Manufacture propose déjà une cuisine de brasserie pouvant sustenter jusqu’à 150 personnes par service, une offre gastronomique, « La Table », va voir le jour place Buisset, à une centaine de mètres de là, sous la conduite de Fabrizio Chirico.

Mais la Manufacture, ouverte depuis mai dernier, souhaite élargir son audience tout en conservant une couleur locale. La triple devrait ainsi rapidement faire son apparition dans les travées du Spiroudôme en attendant un partenariat similaire avec un autre grand club sportif carolo.

Les responsables entendent toutefois ne pas se limiter au binôme économique production/consommation. L’endroit a abrité par le passé la médiathèque de Charleroi et il a rapidement été décidé d’en faire un « lieu à vivre pour événements culturels ». Des artistes peuvent notamment exposer leur œuvre et des concerts sont programmés régulièrement.